Avocat Harcelement/ Avocat Harcélement Moral Travail /  Avocat Harcélement Fonction Publique / Paris
Avocat Expatriation / Détachement / Licenciement/ Avocat Drot Social /Avocat  Droit du Travail / Avocat Prud'hommes / Paris Avocat Expatriation / Détachement / Licenciement/ Avocat Drot Social /Avocat  Droit du Travail / Avocat Prud'hommes / Paris
Accès Le Cabinet Honoraires
 
Avocat Licenciement/ Avocat Drot Social /Avocat  Droit du Travail / Avocat Prud'hommes / Paris

Avocats au Barreau de Paris
   35-37 Rue Beaubourg, Paris 75003

Tél : +33(0) 1 42 77 13 50
Fax : +33(0) 1 73 76 94 95
Email : avocat@cabinet-ap.fr


Le cabinet A-P est composé des avocats expérimentés et compétents en droit social, droit du travailet vous apporte les services suivants : 

Consultation / Conseil / Rédaction d'actes / Négociation/ Transaction / Représentation devant les juridictions compétentes (Conseil de prud'hommes/tribunal administratif/...)

Avocat Harcelement/ Avocat Harcélement Moral Travail /  Avocat Harcélement Fonction Publique / Paris
Avocat Harcelement/ Avocat Harcélement Moral Travail /  Avocat Harcélement Fonction Publique / Paris A qui s’adresser ?  
Comment réagir ?

Comment le prouver ?

Comment porter plainte ?
Raisons / Moitfs / Facteurs?
Victimes/Harcèleurs/ Témoins ?
Harcèlement et prévention
avocat Avocat Harcèlement,  Avocat Harcèlement Moral,   Avocat Harcèlement Travail,  Avocat Harcèlement Fonction Publique Avocat Harcèlement,  Avocat Harcèlement Moral,   Avocat Harcèlement Travail,  Avocat Harcèlement Fonction Publique Avocat Harcèlement,  Avocat Harcèlement Moral,   Avocat Harcèlement Travail,  Avocat Harcèlement Fonction Publique Avocat Harcèlement,  Avocat Harcèlement Moral,   Avocat Harcèlement Travail,  Avocat Harcèlement Fonction Publique Avocat Harcèlement,  Avocat Harcèlement Moral,   Avocat Harcèlement Travail,  Avocat Harcèlement Fonction Publique
Discrimination et harcèlement
Conséquences du harcèlement

Les acteurs du harcèlement moral au travail

I.Qui sont les victimes ?
Il n'y a pas de profil type du harcelé. Contrairement à une opinion répandue, les victimes ne sont pas forcément des personnes fragiles.


Les travaux les plus récents (Seïler- Vandal, 2000 ;Hirigoyen, 2001 ;Chiaroni,2001)1indiquent « qu’il n’ya pas de profil type du harcelé ».

Contrairement à une opinion répondue, les victimes ne sont pas forcément des personnes fragiles. Selon Hirigoyen « les harcelés sont généralement des « grandes gueules» ou pour le moins des fortes personnalités…La victime, c’est en fait bien souvent c’est lui qui résiste notamment à ses collègues…mais aussi à son supérieur hiérarchique, ou encore à la pression de ses subordonnés ». Ainsi, homme ou femme, jeune embauché, cadre nouvellement promu ou ancien approchant de la retraite, personne n’est à l’abri d’un harcèlement moral dans son entreprise.

Leymann est également de cet avis et affirme que « les théories de personnalité ne sont pas très valables pour analyser les sources du harcèlement psychologique au travail ». Cependant, (Quenneville et Roberge, 2002),

Types de harcèlement au travail 
Fonction publique et harcèlement
Accident du travail et harcèlement
Stress, agressions ponctuelles, conflit & mauvaises conditions de travail
Avocat Licenciement/ Avocat Drot Social /Avocat  Droit du Travail / Avocat Prud'hommes / Paris
Avocat Expatriation / Détachement / Licenciement/ Avocat Drot Social /Avocat  Droit du Travail / Avocat Prud'hommes / Paris

Harcèlement Moral et le rôle de la gestion ressources humaines

Avocat Drot Social / Acocat Droit du travail

Requalification de la démission en licenciement sans cause réelle et sérieuse

Avocat Expatriation / Détachement / Licenciement/ Avocat Drot Social /Avocat  Droit du Travail / Avocat Prud'hommes / Paris
Nous répondons à  vos questions
 
 

dans une revue de la documentation traitant de la violence au travail, relèvent que « les victimes de harcèlement moral posséderaient certaines caractéristiques spécifiques, qui permettraient d’expliquer leur vulnérabilité face aux agresseurs, ce qui ferait d’elles des cibles potentielles ».

Tout d’abord, il y’à certaines caractéristiques personnelles comme le sexe et l’âge. En effet, une nette différence de la répartition des sexes est constatée dans la majorité des études.
Dans son étude, hirigoyen5affirme que les femmes représentent 70% des victimes et a écrit : « les cibles privilégiées sont les femmes enceintes, les délégués syndicaux et les personnes de plus de 50 ans. Mais les femmes sont d’avantage harcelées dans un registre sexiste ».
Aussi, dans l’enquête de Chiaroni6effectuée auprès des médecins du travail de la région PACA, les femmes représentent 73% des victimes.
La seconde caractéristique est l’âge. Les salariés de plus que 50 ans sont devenus les indésirables des entreprises de nos jours. Hirigoyen confirme cette tendance et révèle un plus grand nombre de cas de harcèlement dans la tendance d’âge entre 46 et 55 ans (43% des cas rencontrés contre aucun cas avant 25 ans, 8% de cas ente 26 et 35 ans, 29% entre 36 et 45 et 19% après 56 ans).

En somme, les victimes adoptent généralement « une attitude qui renforce les comportements déplacés des agresseurs. Par exemple, en éprouvant des sentiments de culpabilité, elles vont soit se replier sur elles- mêmes, soit faire preuve d’un zèle excessif à l’égard de leur travail, ce qui les rend plus vulnérables à la critique et, de fait, à l’agression ».

II. Qui harcèle ?

Même si les caractéristiques de la victime semblent être essentielles pour expliquer le harcèlement moral, les caractéristiques de l’agresseur restent également un facteur déterminant dans l’émergence de ces comportements.
En effet, des caractéristiques individuelles peuvent transformer un individu en harceleur. Tels que la maladie mentale, les difficultés vécus dans l’enfance de la personne (les problèmes de la personne, la frustration et la consommation de drogue, d’alcool ou de médicament).
Hirigoyen reprend ces points et décrit l’agresseur comme un individu pervers, narcissique et névrosé et affirme que le harceleur peut être perçu comme « un psychotique sans symptômes, qui trouve son équilibre en déchargeant sur un autre la douleur qu’il ne ressent pas et les contradictions internes qu’il refuse de percevoir. Il « ne fait pas exprès » de faire mal, il fait mal parce qu’il ne sait pas faire autrement pour exister. Il était lui-même blessé dans son enfance et essaye de se maintenir ainsi en vie. Ce transfert de douleur lui permet de se valoriser aux dépens d’autrui ».
Parallèlement, Selon C. Antok, « l’agresseur est une personne perverse, narcissique, qui prétend toujours avoir raison et ne reconnaît jamais les efforts des autres. La satisfaction de ses envies passe avant toute autre priorité, au détriment des autres.

 Il les détruits sans jamais se sentir coupable ».
Ainsi, Les recherches sur la personnalité nous ont toute fois amenés à considérer que certains individus sont plus enclins à poser des gestes d’agression. En effet, Bjôrkqvist, Österman et KauKianien (1997)10, considèrent que «les personnes montrant un niveau d’empathie plus faible, c'est-à-dire celles ayant une difficulté à percevoir l’émotion d’autrui, seraient d’avantages portées à poser des gestes d’agression ».
Toutefois, Skarlicki et Folger (1999)11, mentionnent qu’il existe une nette distinction entre les individus ayant un profil d’agresseur potentiel et ceux ayant le profil typique de la pathologie de l’agresseur.
En fait, les premiers auront tendance à poser des actes délictueux sous l’influence de facteurs de l’environnement (climat malsain, mauvaise organisation), alors que les derniers auront une prédisposition à poser des gestes agressifs indépendamment du contexte.
De plus, Nazare Aga (1997)12 affirme que « les dispositions psychologiques propres au profil type de la pathologie de l’agresseur sont : la déresponsabilisation, la culpabilisation d’autrui, l’égocentrisme ainsi que la communication ambiguë. Toute fois, le profil de la personnalité pathologique de type narcissique serait l’un des plus enclins au comportement agressif, tel le harcèlement moral ».

Nous retrouvons également le facteur qui englobe les composantes des interactions sociales entre les membres de l’organisation, un climat de travail tendu, des sentiments de jalousie et un manque de communication, d’écoute et de solidarité.

Le harcèlement moral au travail se pratique :
- entre collègues d'un même niveau hiérarchique
- entre supérieur hiérarchique et subordonné
- mais également de subordonné à supérieur hiérarchique.
Il arrive également qu'un collectif de travail, qu'un groupe à l'intérieur de l'entreprise, isole un collègue et en fasse son "bouc émissaire".


III. Les témoins

Il est important de réaliser que les témoins des situations de harcèlement jouent également un rôle dans la manifestation du phénomène. En effet, en se taisant par peur de devenir eux-mêmes victimes ou encore par peur de représailles, ils contribuent implicitement à encourager l'agresseur à exercer sa terreur en s'abstenant d'apporter une aide quelconque à la victime.
Une telle réaction de la part des témoins peut donc nuire au maintien d’un milieu de travail exempt de harcèlement.

 

Avocat Licenciement/ Avocat Drot Social /Avocat  Droit du Travail / Avocat Prud'hommes / Paris

 Accueil | Qui sommes nous | Services | Honoraires | Contact  | Press | mentions légales                                     © Cabinet d'Avocats A-P

Avocat Licenciement/ Avocat Drot Social /Avocat  Droit du Travail / Avocat Prud'hommes / Paris